PhysicoChimie des Processus de Combustion et de l'Atmosphère

Vous êtes ici : Accueil > Recherche > Equipes de recherche > E2 : Physicochimie de l’Atmosphère > Axe 1 : Réactivité atmosphérique homogène et hétérogène

Réactivité atmosphérique homogène et hétérogène

Présentation générale

ER2-Axe1

Les objectifs de l’axe de recherche concernent la détermination des constantes de vitesse et des produits de réactions d'importance atmosphérique en prenant en compte le caractère multiphasique (phases gazeuse et liquide, aérosols solides, hydrométéores) du réacteur atmosphérique.

Les études cinétiques de réactions d’intérêt atmosphérique en cours sont poursuivies. De nouveaux thèmes de recherche sur la cinétique atmosphérique en phase homogène (photolyse d’aldéhydes et de COV oxygénés) et hétérogène (interactions entre COV oxygénés et particules d’aérosols, vieillissement de la matière organique particulaire, rôle de radicaux dans les processus photocatalytiques) sont développés, dans le cadre de collaborations avec les laboratoires de Lille 1, PhLAM (UMR 8523), LASIR (UMR 8516) ainsi qu’avec l’Ecole des Mines de Douai (DCE). Ces actions sont soutenues par le CPER (2007-2013) dans le GIS IRENI - Axe Qualité de l’Air - Action Aérosols, ainsi que par le projet européen Marie-Curie TOTECAT.

Les méthodes expérimentales de diagnostics laser telles que le cw-CRDS et l’Absorption Infrarouge par Diodes Laser Accordables seront développées et leur domaine d’application étendu. Ces aspects constitueront un des points forts de développement de notre Plate-forme Nationale de Métrologie Optique.

Nos collaborations nationales et internationales existantes avec l’Université du Littoral Côte d’Opale, l’Université Louis Pasteur de Strasbourg, l’Université de Reims, l’Université Claude Bernard de Lyon, l’Université Joseph Fourier de Grenoble, l’Université de Bordeaux, l’Ecole des Mines de Douai, les Universités de Karlsruhe (Allemagne), de Budapest et de Szeged (Hongrie), avec le National Institute of Standards and Technology (NIST, USA), Pohang University of Science and Technology (Corée du Sud) et l’Université de Tokyo (Japon) sont confortées.